Autant vous l’avouer tout de suite, je ne suis pas fan de Star Wars, Star Trek et autres épopées spatiales. C’est donc avec beaucoup d’appréhension et peu d’attente que je me suis lancé dans Battlestar Galactica (je parle de la série de Ronald D. Moore diffusée entre 2004 et 2009 – je le précise car il y a plusieurs versions).

Résultat, elle fait probablement partie des meilleures séries que j’ai regardée dans ma vie. Oubliez les vaisseaux spatiaux, cette série repose sur les 2 questions existentielles de notre existence : Qui suis-je ? Où vais-je ?

C’est rare une série où les personnages évoluent autant, où ils deviennent de plus en plus complexes et profonds. Ils arrive toujours à nous surprendre, à introduire de nouvelles problématiques, de nouvelles dynamiques, de nouvelles perspectives et tout ca dans une grande cohérence. Tout est vraisemblable, on y croit alors même que tout se renverse d’un épisode à l’autre.

Vous êtes prévenus. A partir de la saison 2, préparez-vous a passer quelques nuits blanches, tellement on a envie d’enchainer les épisodes (même si on redoute aussi le moment où il n’y aura plus d’épisode à regarder).
Et quand ca se termine, ca fait un grand vide. On aurait eu envie que ça continue encore et encore. Et bien réjouissez-vous car on peut tout à fait la regarder de nouveau depuis le début tellement la deuxième vision est différente de la première.

Conseil : essayer de commencer par la mini-série de 3h (qui est en fait l’épisode pilote).