Cela fait maintenant quelques années, avec sa deuxième mixtape Acid Rain en 2013, que j’ai découvert ce jeune chanteur-compositeur de Chicago. Depuis, Chance The Rapper est devenu une star aux Etats-Unis grâce à sa troisième mixtape Coloring Books pour laquelle il a remporté trois Grammy Awards.
Il a fait du chemin et c’est tant mieux tant le personnage est sympathique, bien entouré (Noname, Saba, Daniel Caesar), engagé politiquement (assez logique quand on sait que son père est un conseiller d’Obama) et commercialement (il refuse pour le moment d’être signé sur un label traditionnel et propose sa musique gratuitement sur SoundCloud).

Ses nombreuses collaborations avec d’autres artistes (je vous conseille notamment l’album Surf qu’il a fait avec Donnie Trumpet & The Social Experiment, qui mélange allègrement Erykah Badu, fanfare universitaire, Busta RhymesJanelle Monáe, Quavo – de Migos – et Raury), il est devenu en quelques années une figure centrale du hip-hop américain mainstream.
C’est mérité tant sa musique – mélange de hip-hop, gospel et soul – est moderne, légère, inspirante, bienveillante (ce qui est quand assez rare dans le hip-hop actuel). C’est doux et rythmé à la fois. Ca rappe, ca chante, ca pulse, ca sourit, ca respire; surtout ca se fait plaisir et ca s’entend. On en redemande.

Pour le découvrir, je vous conseille de visionner un titre inédit en live dans ke Late Show de Stephen Colbert et en dessous son « mini-concert » pour le NPR Music Tiny Desk Concert. Enjoy.